Editos

Les échos de l'entracte

Les échos de l'entracte
  • Bonsoir, on prendra volontiers deux thés nature s'il vous plaît !
  • Voilà une fin de semaine qui s'annonce pleine de promesses, tu ne trouves pas ?
  • Oui, à voir l'affiche de Face au juge,  je ne sais pas trop si j'aurais envie de me retrouver devant ce juge là, il m'a l'air bien sévère tu ne crois pas ?
  • Peut-être, mais c'est un peu le métier qui veut ça et nous, on va en profiter pour en apprendre un peu plus sur la nature humaine et ses motivations par le biais de ses déviances sociales...
  • Tout un programme !
  • Je trouve aussi, sans compter que la vie est bien faite (ou la programmation) parce que le films suivant, Le Liseur, enchaîne directement sur des cas de société assez difficiles...
  • Et d'après ce qu'on a vu ce n'est pas sa première tentative.
  • Non, déjà dans "Billy et Elliot", Stephen Daldry nous racontait l'histoire d'un pseudo boxeur côté cour qui s'entraînait à la danse classique côté jardin...
  • Et là, il nous parle d'une séductrice coté jardin qui aurait été une gardienne de camp nazi côté cour...
  • Autrement dit une personne qui travaille dans les transports publics le jour et dans les transports privés la nuit, c'est ça ?
  • C'est ça, mais plus encore puisque cette même personne aurait également ce passé très sombre de matonne.
  • Comme quoi l'être humain reste un animal d'une complexité désarmante...
  • Je me demande ce que ferait notre juge face à ce personnage ?
  • Je ne l'envie pas ! Ça doit être difficile de juger au présent un acte, si terrible soit-il, qui a eu lieu si loin dans le passé; d'autant que la personne a eu largement le temps de changer, d'évoluer, comme cette Hannah par exemple qui, de gardienne de l'horreur est devenue gardienne des délices de l'amour...
  • On est alors confronté à un sacré dilemme entre les déviances sociales d'une personne à une certaine époque et ses accomplissements  à une autre période de sa vie. De ce qui s'est passé entre deux, un juge ne sait pas grand chose et il doit pourtant se prononcer et définir une vie entière d'aujourd'hui, donc "du présent" sur un acte du passé... Drôle de grammaire non ?
  • Moi, ça me donne le vertige et je me réjouis de voir comment Monsieur Daldry va nous traiter ça !
  • Et Michel Bühler ... ancien instituteur côté  cour et chanteur côté jardin, devenu aujourd'hui un excellent artiste côté cour et côté jardin ?
  • Un écrivain non ? Mais bon, ça tu pourras le lui demander toi-même puisqu'il sera là !
  • Et tu tâcheras d'être à l'heure pour une fois, je ne voudrais pas rater ce plan fixe sur lui !
  • Ça sonne, on y retourne ?
Les deux du rang du milieu

Les échos de l'entracte

Les échos de l'entracte
  • Alors,  Quelles sont les futures annonces cinématographiques royales ? Tu as vu les affiches déjà ?
  • Je les ai vues bien sûr, elles semblent prometteuses : X-Men Origins par exemple…
  • Oui, il y a toujours des "super-nanas" sur l'affiche, dommage qu'elles soient derrière cette fois !
  • Non c'est mieux, sinon ça s'appellerait X-Women et ça pourrait prêter à confusion.
  • Trop drôle, et du coup on ne penserait plus forcément à un film fantastique…
  • Pas dans ce sens là non !
  • Bonjour Sébastien; pourrions-nous vous demander deux cafés s'il vous plaît ? Merci !
  • Et pour les autres films ?
  • On parle beaucoup d'homosexualité ces temps…
  • Tu n'as pas l'impression qu'on aurait souvent tendance à définir les gens d'après leurs préférences dans le domaine sexuel ?
  • Oui et je pense que c'est un peu dommage en ce sens que ces classifications arbitraires enlèvent une grande part de liberté et d'accès à la diversité…
  • ...ce qui appauvrit considérablement l'éventail créatif ! Tu as raison, on ferait bien mieux de parler de sexualité variée, plurielle ou multiple plutôt que de se cantonner dans l'hétéro et l'homosexuelle.
  • Et si ça se trouve c'est un peu ce qui sera évoqué dans le film de samedi prochain : Tableau de famille (Le Fate ignoranti). D'après le synopsis on dirait bien que ce couple a trouvé son équilibre dans des sexualités "variées" comme tu dis !
  • Malheureusement dans le secret, enfin, on va bien voir ce que Monsieur Ozpetek en fera… et l'homosexualité sur le plan politique qu'en penses-tu toi ?
  • Euh, un sucre ou deux dans ton café ?
  • Deux s'il te plaît, alors ? Tu sèches ?
  • Non, je ne sèche pas, mais je ne sais pas trop qu'en dire… Tu veux parler du film suivant : Harvey Milk je pense, le dernier film de Gus Van Sant ?
  • Exact, et ça sera certainement un film superbe, mais, une fois de plus, voilà un homme (Harvey Milk) qui aura passé sa (courte) vie à revendiquer son identité sexuelle alors même -  c'est mon opinion et je la partage - que ça ne devrait rien avoir à faire avec de la politique.
  • Je ne suis pas loin de partager la même, d'opinion… C'est vrai que s'il s'agit de faire de la politique sur ses préférences affectives, on pourrait tout aussi bien créer…
  • le parti d'en rire, comme Coluche…
  • oui, ou le parti des tartes à la crème…
  • où celui des tar…ta gu… à la récré…
  • ah ah ah que tu es stupide ! Et puis nous au fait, on fait quoi affectivement après le film ?
  • Ça sonne, on y retourne ?

Les deux du rang du milieu


Expo

Expo

Les échos de l'entracte

Normal 0 21 MicrosoftInternetExplorer4

Les échos de l'entracte
  • Tu me montres le prochain programme ?  Au loin des Villages, on n'en dit que du bien…
  • J'ai vu. Et je dirai même plus : j'ai fait ma petite enquête...
  • Ah bon ? Laquelle ?
  • J'ai recensé le nombre de réfugiés actuellement enfermés dans des camps sur notre belle planète
  • Et ça donne ?
  • Ça donne à peu près ceci (mais la liste n'est pas exhaustive et les chiffres évoluent sans cesse) :
  • 1'733'700 réfugiés en Europe
  • 1'035'900 réfugiés aux Amériques
  • 875'500 réfugiés en Asie et dans le Pacifique
  • 1'119'400 réfugiés en Afrique Centrale et dans la région des grands lacs
  • 187'800 réfugiés en Afrique Australe
  • 852'300 réfugiés en Afrique de l'Est dont 13'000 à l'Est du Tchad, venant du Darfour…
  • Et tu crois qu'on sera combien au Cinéma Royal, de Ste Croix en Suisse, pour assister à la projection du film de M. Zuchuat ?
  • Alors là… je donne ma langue au chat, mais c'est vrai qu'au vu de tous ces chiffres, même si la salle est pleine, ça ne sera jamais assez pour m'épargner un constat d'impuissance…
  • Et pourtant; on dit bien que les petits ruisseaux font les grandes rivières et que l'éveil de la conscience collective peut faire bouger les choses non ?
  • Oui, bien sûr, chaque goutte d'eau dans la mer est indispensable…
  • D'autant qu'on va pouvoir en parler avec notre compatriote réalisateur puisqu'il nous fera le plaisir de sa présence… tu auras l'occasion de lui soumettre tes cas de conscience !
  • Exact, et je m'en réjouis d'avance, et puis, tu as vu qu'on va avoir une fin de semaine plutôt chargée pour ce début du mois de mai ?
  • Oui, Grossesse nerveuse ça s'annonce bien… moi qui craque pour Tom Novembre !
  • En voilà un qui a une manière bien à lui de prendre ses responsabilités en passant par l'humour et la tendresse…
  • Et Marcello Marcello qu'en penses-tu ?
  • J'en pense qu'il va falloir lire entre les lignes, ça aussi c'est une démonstration de prise de conscience, à comparer peut-être avec certains travaux de M. Moretti…
  • Et Viva l'Italia !!!
  • Comme tu dis, mais ça me donne soif tout ça, tu prendras bien quelque chose non ?
  • Sûr, mets nous deux thés s'il te plaît ! Et le film suivant OSS 117 : Rio ne répond plus, tu en penses quoi à priori ?
  • Hum, difficile à dire, ça m'a tout l'air d'une démonstration historico-politique au Xème degré du style : "pouvez-vous vraiment nous assurer que vous êtes bien au fait d'être persuadé que les autres savent tout ce que vous savez et bien plus encore sans tout à fait le savoir entièrement mais que vous ne sauriez pourtant être sans ignorer…"
  • Trop drôle ! Et bien on va voir comment Monsieur Dujardin va nous cultiver ça !
  • Fine mouche va ! Pourquoi fais-tu intervenir Monsieur Voltaire ?
  • Ben justement, parce que tout ce que nous venons de dire ci-dessus me ramène à lui qui prétendait que chacun d'entre nous s'en trouve toujours mieux à cultiver son propre jardin !
  • En voilà un qui ne mâchait pas ses mots, en attendant ça sonne ! Tu as fini ton thé ?
  • Il y a longtemps, tu viens ?

Les deux du rang du milieu

 


Edito - 20 avril 2009

Les échos de l'entracte

  • Deux cafés s'il vous plaît !
  • Tu as vu ce qui nous attend la semaine prochaine ?
  • Fais voir le programme...
  • Voilà. Un ou deux sucres dans ton café ?
  • Deux s'il te plaît, bon ce programme; encore des histoires d'amour à ce que je vois.
  • Exact, dans "Gran Torino" c'est un américain qui aime sa voiture...
  • ... et dans "Welcome" un français qui aime sa femme !
  • Normal !
  • Et si on pousse plus loin on pourrait même parler d'un voleur qui croit qu'on l'aime parce qu'on ne lui tape pas dessus.
  • Pourquoi ?
  • Ben oui, c'est seulement pour protéger sa Gran Torino que M. Kowalski prend la défense de ce jeune asiatique... du lait dans ton café ?
  • ...Non merci, pas de lait... mais alors, il ne s'agirait que d'un malentendu ?
  • Oui, et c'est ce qui me fait me poser la question fondamentale : et si la possibilité d'amour entre les humains n'était qu'un immense malentendu ?
  • Tu crois ça ? Mais alors et si, à contrario, l'intolérance entre les humains n'était qu'un autre malentendu ?
  • Je te dirais que tu deviens un peu intello là...
  • Bof, pas grave puisque personne ne nous écoute...
  • Comme ça il n'y aura pas de malentendu !
  • Comme tu dis ; et l'autre film...
  • Je m'interroge... Est-ce bien nécessaire d'être d'une autre nationalité pour avoir un comportement raciste ?
  • C'est vrai ça... on peut être raciste avec son voisin tout pareil...
  • Oui, et les conflits peuvent germer aussi bien entre frères et soeurs, noirs et blancs, patrons et employés, mari et femme...
  • C'est donc bien encore une histoire de désamour...
  • Mais aussi d'amour au final après tous ces malentendus...
  • Ça sonne, on y retourne ?
  • Bien entendu !

Les deux du rang du milieu


Edito - 14 avril 2009

Les échos de l'entracte...

  • Fiat lux ! Tu viens ? Allons voir les films programmés...
  • J'arrive, tu me prends un thé ?
  • D'accord, on se retrouve devant l'affiche !
  • "Monstres contre Aliens" ça t'évoque quoi ça ?
  • On dirait un remake des 4 Fantastiques...
  • Sauf qu'ils sont cinq ceux-là et qu'ils sont "en principe" des monstres.
  • Des "gentils" monstres puisqu'ils sont supposés sauver la planète !
  • Tout en étant envoyés par le Général Putsch !
  • Ce n'est plus du second degré ça, mais du dixième... Ah, ces américains... quand ils pratiquent l'auto-dérision...
  • Oui, et je te parie même qu'au premier degré on pourrait y trouver une corrélation avec l'histoire non-officielle...
  • Laquelle ?
  • Celle qui prétendrait que le "président" Putsch a fait venir des monstres qui l'ont aidé à fabriquer une situation lui permettant ensuite d'aller à l'encontre des "méchants"...
  • Effectivement, ça pourrait être ce qu'on veut nous dire, mais je préfère le second degré, restons positifs, c'est comme pour l'autre film...
  • "Si loin" (Que Tan Lejos) ?
  • Oui, à première vue on pourrait craindre que ce soit encore un de ces nombreux films qui parlent des graves problèmes de l'Amérique du Sud, eh bien non, il paraitrait que,  même s'il sont évoqués lucidement, les facettes positives restent en évidence...
  • Lesquelles ?
  • Les rencontres, les partages, l'entraide, la recherche et la découverte de soi-même, toutes sortes de "petites leçons de vie" qui semblent très intéressantes...
  • Et tu crois que c'est nécessaire d'aller si loin pour apprendre tout ça toi ?
  • Pourquoi pas ? Apparemment les Suisses ont l'air assez d'accord puisqu'on dit qu'ils sont les premiers voyageurs de la planète !
  • Oh, mais ça, c'est pour des raisons purement touristiques !
  • Je n'en suis pas si sûr... Eh ! ça sonne... on y retourne ?

Les deux du rang du milieu


Edito - 6 avril

  • Et bien, il y a du monde ce soir, ça fait plaisir !
  • Oui, passe-moi un peu le programme qu'on voie ce qui nous attend 'prochainement sur nos écrans' comme ils disent si bien !
  • Ce qui nous attend ? On dirait bien que, nonobstant la venue tardive des petites fleurs, on s'approche de Pâques...
  • A quoi tu vois ça ?
  • Aux dessins-animés... un à Noël et l'autre à Pâques avec tout plein de bonnes intentions dedans.
  • Et c'est quoi cette fois ?
  • « La légende de Despereaux », un souriceau aux grandes oreilles...
  • Comme Dumbo mais en plus petit ?
  • En tout cas un anti-héros qui, malgré une différence lui attirant des rejets, part au secours d'une belle princesse et sort vainqueur de toutes les épreuves ...
  • Comme de bien entendu ! Et ensuite ?
  • Ensuite, regarde un peu ce beau bébé sur l'affiche :  rien qu'à voir sa bouille on a envie d'aller voir le film...
  • Et c'est reparti pour un tour dans le registre des émotions !
  • Tu as raison, pourtant ça ne doit pas être facile de porter une paire d'ailes... Excusez-moi vous pourriez nous faire deux thés s'il vous plaît ? Merci.
  • Non, ce n'est pas facile, mais apparemment il est bien aidé ce « Ricky » craquant, par le fait qu'on s'attache à angéliser sa différence au lieu de la stigmatiser pour une fois !
  • Et ça, ça va faire bien plaisir aux minorités...  Moi, je me demande qui va jouer le rôle de la plume dans tout ça ?
  • De la plume ?
  • Suis ma pensée : Despereaux, comme Ricky, me renvoient à Dumbo, or Dumbo arrivait à voler grâce à une plume simplement parce qu'il lui accordait un pouvoir magique, alors moi, je me demande maintenant quel sera l'élément magique déclencheur qui va aider nosanti-héros à trouver le sens de leur vie. C'est ce qui fait l'intérêt de ce genre de film non ?
  • Si, moi aussi je serai curieux de le savoir, et en attendant, il y en a une qui semble avoir su en donner un, de sens à sa vie...
  • Qui ça ?
  • « Séraphine » voyons, tu n'ignores pas que séraphin veut dire « esprit » et qu'il est généralement représenté par un angelot dodu , comme ceux qu'on retrouve sur beaucoup de tableaux religieux.
  • Chez Botticelli entre autres ?
  • Par exemple...
  • Et c'est pour ça qu'elle peint ?  Elle est aussi une sorte d'ange dans ce film ?
  • Pourquoi elle s'est mise à peindre, ils le diront assez dans le film,  par contre il semblerait que son style de peinture révèle une certaine spiritualité dans sa naïveté.
  • Heureux les « esprits simples » !
  • C'est cela et ça peut donner des toiles d'une beauté et d'une fraîcheur...
  • Angélique ?
  • Appelle ça comme ça si tu veux, je voulais dire une candeur aussi qu'on retrouvera souvent chez les artistes qui ne s'encombrent pas d'un amas de considérationspseudo-intellectuelles mais se contentent d' « être » tout simplement dans la pureté de leur essence !
  • Oh ! Je me réjouis de voir ça, j'aurais sûrement des  tas de choses à apprendre avec ces trois films !
  • Certes, mais là, ça sonne, allons-y vite ! 

Edito 30 mars

Bonjour; deux cafés s'il vous plaît, vous avez le programme des prochains films ? Et deux sucres en même temps, merci ! Tiens regarde, lis et dis-moi ce que tu en penses...
-    Oh non ! Encore des films sur le terrorisme !
-    Où tu vois ça toi ? Ça cause de terrorisme "Marley et moi" ?
-    Ben oui, ça parle d'un chien hyperactif et d'un enfant en bas âge !
-    Mais non, ça parle d'adoption canine et d'apprentissage de la paternité...et c'est tiré d'un best-seller autobiographique, moi j'adore ça, les histoires vraies !
-    Oui, mais enfin, tu trouves pas que ça devient banal les stars  hollywoodiennes qui alimentent les tabloïds occidentaux avec leurs désirs d'enfants ?
-    Peut-être, mais ce coup-ci ils commencent par adopter un chien pour s'entraîner, c'est original non ?
-    Effectivement, d'ordinaire c'est plutôt le contraire; le bébé pour commencer et le chien pour surveiller le bébé ensuite...
-    Et d'après le nom qu'ils ont choisi pour leur chien, on ne se demande plus ce qu'ils fument dans les moments de stress !
-    ça  c'est raide comme ellipse ! Mais dans le fond, tant mieux, si on va encore plus loin, la musique de Bob Marley, il n'y a pas mieux pour éviter le vague à l'âme.
-    A propos de vague à l'âme, le film d'après risque bien de nous donner le mal de mer non ?
-    Justement, j'en parlais avec un ami l'autre soir, qui me racontait l'avoir vu il y a déjà bien longtemps au Brésil.
-    Ah, c'est un remake alors ?
-    Un remake, je ne sais pas, mais en tout cas, le thème est très proche de celui d'un téléfilm américain de 1981 qui raconte justement l'histoire de cette expérience socio-historique dans un collège de Palo Alto en Californie. Tu peux retrouver toute l'histoire sur Wikipédia, d'après ce que j'ai compris, sous "thewave.tk ", mais attention, ce n'est pas une fiction et encore moins un conte de fées !
-    Tu me fais peur ! Ça parle de quoi exactement ?
-    Exactement... tu le sauras en voyant le film de Dennis Gansel puisqu'il a transposé l'expérience en question d'une manière plus que convaincante. Moi, tout ce que je peux te confier, c'est le commentaire de Ron Jones, le fameux professeur d'histoire devenu objet de controverse en l'espace d'une nuit : "Je ne suis pas très fier de La Vague,dit-il, mais c'est une réalité à laquelle je ne puis échapper. Comme un appel de plus en plus fort. Pour moi c'est une histoire de fantômes. Elle raconte ce dont l'homme est capable, du meilleur comme du pire". On dit aussi qu'à l'époque, beaucoup de braves américains ont été terriblement choqués de constater que la même mentalité qui avait conduit à l'holocauste puisse se reproduire en 1967 dans leur si bonne et si parfaite société !
-    Et par les temps qui courent, pourquoi pas aussi chez nous ? On dit toujours qu'il faut se méfier de l'eau qui dort...
-    Exact, même sur notre beau Léman les vagues peuvent être mortelles... d'autant plus que dans notre chère Europe, l'eau dort de moins en moins et  le totalitarisme a une certaine tendance à resurgir à tous les coins de rues... tu te souviens des moutons noirs et blancs ?
-    Tu veux dire une vague d'intolérance ?
-    Oui, comme si toutes ces dernières années d'extrême tolérance des uns  avaient généré au bout du compte une extrême intolérance de la part des autres.
-    Dans le fond, ce week-end il sera surtout question d'extrêmes qui cherchent à s'équilibrer : la recherche du bonheur d'un côté et la recherche d'un cadre plus strict - et donc plus sécurisant - de l'autre...
-    Toujours ces problèmes de trouille : peur de se projeter dans l'avenir et peur des autres...
-    Oui, ça me dit vaguement quelque chose !

-  ça sonne, on y retourne ?

Les deux du rang du milieu

Edito - 23 mars 2009

Les échos de l'entracte...

  • Fais voir les prochains films !
  • "Che : L'Argentin" suivi de "Che : Guerrilla" et bien voilà une soirée qui promet !
  • Ça dépend, je ne suis pas bien sûr d'avoir envie d'en prendre plein la figure...
  • Pourquoi ?
  • Parce que c'est chaque fois la même chose avec ces sujets brûlants; je me sens tellement impuissant...
  • Face à des enjeux qui nous dépassent complètement ?
  • Oui, j'ai toujours eu du mal à supporter le cynisme et la manipulation, sans compter que chaque fois que je vois ce genre de film, je me rends compte à quel point je suis encore en dessous de la réalité...
  • Tu es resté un grand naïf ?
  • Sans doute, sans doute...
  • Mais tu as vu, quand même, qui a réalisé cette saga argentine ? Soderbergh n'en est pas à son coup d'essai tu sais, tu peux lui faire confiance non ?
  • Ce n'est pas une question de confiance; mais là, pour remonter des ténèbres jusqu'à la lumière, il y a un bout de chemin tu ne crois pas ?
  • Oui, mais si ce n'est pas le réalisateur de «Solaris» - celui-là même qui a osé le remake d'un Tarkovski - je vois mal qui d'autre peut nous ouvrir une petite porte sur l'espoir ???
  • Et nous donner quelques pistes pour comprendre cet imbroglio... rien que pour cela je suis "pire" motivé pour voir ces films, comme disent les enfants !
  • Sans compter que, dans la foulée, le film de samedi soir : notre "ami Machuca" va compléter notre compréhension de la manière dont la violence et les clivages socio-politiques s'insinuent d'un individu à l'autre, infectant les esprits et la culture sud-américains !
  • Si tu savais comme j'ai un sentiment de gâchis dès qu'on parle de cette région-là !
  • Je te comprends ! Servir d'arène à des super-puissances...
  • Oui, Vietnam, Corée, Afganistan, Irak et j'en oublie sûrement; ils y sont tous passés... tu parles d'un terrain de jeu !
  • Et le pire c'est qu'on leur fait croire, à tous ces gens-là, qu'ils se battent pour leur propre cause...
  • ...tout en les laissant s'entretuer ! Alors même qu'ils ne font que servir des intérêts qui sont loin d'être glorieux...
  • Ceci dit, tu crois qu'il en faut beaucoup pour nous dresser les uns contre les autres, nous, les humains ?
  • Non bien sûr; heureusement que l'ami Machuca, pour en revenir à lui, nous parle aussi d'amitié...
  • Et d'amour je crois bien... deux sujets bien humains également ! Voilà qui nuancera le débat...
  • Et qui nous mettra juste dans le bon état d'esprit pour partager quelques impressions avec nos amis montagnards...
  • Les Gens des Hauts Pays ? Ils seront là ? Quelle chance ! Je me réjouis de les rencontrer !
  • Moi aussi, je serai curieux d'entendre leurs réactions... et de manger chilien, il faut dire ce qui est...
  • Je vois; toujours l'estomac en ligne de mire toi !
  • Ça sonne, tu viens ? Je n'ai pas envie d'être en retard !

Les deux du rang du milieu


Edito - 16 mars 2009

Les échos de l’entracte…

  • Un thé s'il vous plaît...
  • Vise un peu celui-là : "Le Visiteur"
  • Des squatters, arabe et noir, un professeur d'économie blanc … à mon avis, on va parler d'accueil cette fois !
  • D'accueil ?
  • Oui; après avoir diabolisé tous ceux qui écrivaient de droite à gauche et parlaient de gauche à droite, le cinéma US semblerait  vouloir prendre le contre-pied et donner dans l'antithèse.
  • Je ne sais pas; si cela se trouve ils veulent juste rester lucides et autocritiques maintenant qu'ils ont commencé à comprendre certaines choses...
  • Tu crois qu'ils ne comprenaient pas ? Un sucre ou deux dans ton thé ?
  • Juste un, merci.
  • Pour ce film là, à première vue, il semblerait que c'est une histoire de vide à remplir.
  • Et ils le font passer par la musique, c'est fort ! Quand les mots sont dépassés c'est plus facile d'être vrai.
  • L'intéressant aussi sera d'avoir aussi un point de vue anglo-saxon sur la culture islamique différent de certains délires paranoïaques…
  • A propos de délire;  le film de notre compatriote, Dominique de Rivaz m'a tout l'air d'en parler  "propre en ordre" tu ne trouves pas ?
  • Tu veux dire "Life for Sale"  ?
  • Oui, "Vie à vendre" c'est une traduction bien approximative d'ailleurs, si tu considères le titre original : "Luftbusiness" tu auras Luft = air = pneuma, ce qui signifie  "esprit" en grec et qui donne tout de suite une couleur moins mercantile...
  • Tout à fait, et imagine comment aurait réagi le professeur d'économie du film précédent face à trois SDF qui vendent  leur jeunesse, leur vieillesse et  leur âme, en clair leur essence, pour survivre ?
  • Encore que vendre de l'essence en Amérique...
  • Dis donc, tu es doué pour le mélange des genres toi !
  • Tu ne trouves pas que, dans le fond, ces histoires là sont assez semblables et qu'on nous y parle d'accueil et de désespoir à tous les niveaux : les squatters, le squatté, les vendeurs et l'acheteur ?
  • De désespoir, de vacuité mais d'essentiel aussi …
  • Je serais surtout curieux de savoir ce qui peut motiver un acheteur pour ce genre de "marchandise"... Qu'est-ce que ça peut bien lui apporter ?
  • Impossible d'éclairer magiquement ta lanterne cette fois… et puis je me pose trop de questions sur ma manière de réagir si j'avais soudain un "blanc" sur tout un mur de ma vie !
  • Tu achèterais de la peinture...
  • Ce n'est pas drôle ! D'ailleurs le film n'a pas l'air de se terminer dans la joie et la bonne humeur... ce qui est bien normal connaissant la nature humaine; ça m'étonnerait quand j'y pense que l'acheteur soit là pour "racheter" ses vendeurs… tu ferais quoi, toi, de ces emplettes ?
  • Oh ça, à la limite j'en ferai un livre… surtout sur le procédé, mais si tu veux en savoir plus : demande le à l'autrice - comme dit le petit Robert - puisqu'elle sera là !
  • Quelle chance, encore une séance culturelle interactive !
  • Ça veut dire qu'il y aura aussi à manger alors ?
  • Je veux mon neveu… et tout ça nous mettra du vent dans les voiles !
  • Ça sonne, on y retourne ?
Les deux du rang du milieu

© 2021 Cinéma Royal de Ste-Croix